Retour à l'accueil du site Cnam entrepreneur(s)

Newsletter

captcha 

Nous contacter

Bureaux nationaux
Cnam entrepreneur(s)
4 rue du Dr Heydenreich
CS 65228
F 54052 Nancy

Case courrier 1 ASP 16
292 rue Saint-Martin
F 75141 Paris Cedex

Tél. 03 83 85 49 00
Fax 03 83 85 45 29

Cnam entrepreneur(s) sur Facebook
RSS
YouTube
Remise du Grand Prix 2009 de la réflexion impertinente sur l’innovation du Cercle des entrepreneurs PDF Imprimer Envoyer

Après délibérations, le jury a décidé de décerner deux Grand Prix et un Prix spécial, d’un montant de 5 000 € chacun, à :

- Anne BRUNET-MBAPPE, enseignante-chercheure à Advancia-Négocia, pour sa communication intitulée L’entrepreneur français : un trapéziste sans filet. Pour que l’entrepreneur échoue avec les honneurs. Parce que la conjoncture économique laisse augurer une augmentation des faillites d’entreprise et donc des échecs entrepreneuriaux en France dans les mois à venir, le moment est venu de travailler activement à une démythification de l’échec dans notre pays. La relance de la croissance et la création d’emplois supposent l’émergence de nouvelles entreprises et le développement des PME. Or, une société ne peut être entrepreneuriale si la peur d’échouer y est plus forte que l’initiative et la volonté d’accomplir. L’auteur propose de briser le tabou de l’échec de l’entrepreneur, car il lui paraît être naturel, relatif et dépassable. Accepté, dépassé et transformé, l’échec de l’entrepreneur ne constitue plus qu’une étape dans l’aventure entrepreneuriale, et souvent une étape vers la réussite ;
- Bernard MAITRE, président du directoire d’Emertec, pour sa communication intitulée Pour en finir avec les vaches sacrées. Vectorisation de l'innovation dans l'économie de la connaissance. Dans l’économie de la connaissance, où la matière première essentielle est l’information, la genèse et la propagation de l’innovation répondent à une nouvelle logique d’organisation économique. Les rôles des entreprises n’y sont plus rigoureusement identiques selon qu’elles disposent ou non d’un accès au marché mondialisé. L’essence même de leur cœur de métier s’en trouve transformé. Les faits démontrent que, dans les industries à forte intensité technologique, les innovations de rupture sont essentiellement le fait de la recherche académique efficacement relayée par les startups. Leur extrême fécondité rapportée aux moyens mobilisés mérite analyse. Pour l’auteur, la start-up est un nouveau type d’acteur rendu nécessaire avec comme vocation essentielle la vectorisation de l’innovation. Celle-ci n’a pas de territoire spécifique, elle est immédiatement globale. La start-up, lieu de risque et d’apprentissage bénéficie d’atouts incomparables pour accomplir cette mission;
- Michel PINTON, président honoraire de Val de Creuse Initiative, pour sa communication intitulée Innovation et territoires fragiles. L’auteur y raconte deux histoires réelles enroulées l’une dans l’autre, qui ont changé la vie de deux modestes bourgades du Limousin, dont il a été soit témoin direct, pour la première, soit sollicité en tant que président d’une association d’aide à la création d’entreprises et acteur principal comme maire de la commune en question, pour la seconde. Dans les deux cas, la mondialisation et l’innovation ont été au cœur des évènements. Pourtant, elles ont abouti à une tragédie économique et sociale dans l’une des deux communes, à un renouveau qu’on peut espérer durable dans l’autre.

Deux Prix, d’un montant de 2 500 € chacun, ont été décernés à :

- Julien DAMON, professeur associé à Sciences-Po, pour sa communication intitulée Établir le droit de vote à 16 ans. (Im)pertinence d'une innovation pour rééquilibrer politiquement les générations. Le développement durable est, entre autres, une question d’équilibre entre générations. A son égard, les bonnes intentions et les propositions techniques s’amoncellent. Les réformes structurelles, simples et puissantes, sont plus rares. Le droit de vote à 16 ans – une idée controversée mais déjà mise en œuvre ailleurs – serait une innovation radicale. La pesée des divers arguments en sa faveur et en sa défaveur permet de se forger une idée. L’auteur montre que l’essentiel est bien d’y voir un virage en direction de la jeunesse et de l’avenir ;
- Pascal PICQ, paléoanthropologue au Collège de France, pour sa communication intitulée L’entreprise impertinente est celle capable d’évoluer. L’évolution est le plus formidable laboratoire de l’innovation et de ses transformations. Cette théorie est née dans le creuset historique et culturel de la révolution industrielle et au sein de la même famille, les Darwin. Encore mal comprise, elle explique comment émerge les variations, condition nécessaire à la fois de l’innovation et de la sélection, et donc l’évolution. L’évolution se faisant dans la confrontation entre la variabilité d’une population et l’environnement, l’auteur expose comment les acteurs d’une entreprise peuvent se trouver dans les conditions de faire émerger ou pas de la variation et, en second lieu, comment celle-ci peut devenir une innovation, et donc un avantage dans la compétition.

Enfin, trois autres communications, bien que non primées, ont attiré l’attention des membres du jury et feront l’objet d’une publication :

- David LE BRIS, doctorant en sciences de gestion, pour sa communication intitulée Les actionnaires votent socialiste ? ;
- Roger MILLER, associé universitaire de Secor Conseil (Montréal), et Marcel COTE, associé fondateur de Secor Conseil (Montréal), pour leur communication intitulée L’innovation : le paradoxe européen ;
- Stéphane VEYER, directeur général de Coopaname, pour sa communication intitulée Cessons de créer des entreprises.

Ces huit communications feront l’objet d’un ouvrage publié à la Documentation française à l’occasion du lancement du Grand Prix 2011, le mercredi 22 septembre 2010. Pour cette nouvelle édition du Grand Prix, consacré à la réflexion et à l’action impertinentes, le Centre national de l’entrepreneuriat (CNE-Cnam) et le Cercle des entrepreneurs du futur se sont rapprochés de la Fondation Prospective & Innovation. Le rendez-vous pour le prochain Grand Prix de l’impertinence est fixé au mercredi 18 mai 2011.

 

Webmaster - Mentions légales - Dernière mise à jour le 24/08/2016 - Copyright 2016
cnam.fr - Réseau Cnam