Retour à l'accueil du site Cnam entrepreneur(s)

Newsletter

captcha 

Nous contacter

Bureaux nationaux
Cnam entrepreneur(s)
4 rue du Dr Heydenreich
CS 65228
F 54052 Nancy

Case courrier 1 ASP 16
292 rue Saint-Martin
F 75141 Paris Cedex

Tél. 03 83 85 49 00
Fax 03 83 85 45 29

Cnam entrepreneur(s) sur Facebook
RSS
YouTube
Accompagner les entrepreneurs en Provence-Alpes-Côte d'Azur PDF Imprimer Envoyer
Développer l’activité et l’emploi avec le dispositif Activités Nouvelles & Nouvelles Compétences

Développer l’activité et l’emploi avec le dispositif Activités Nouvelles & Nouvelles Compétences
Intervention du Pr. Jean-Claude Bouly, titulaire de la chaire Développement de la petite entreprise et Artisanat, Conservatoire national des arts et métiers, directeur délégué de Cnam entrepreneur(s), directeur coordinateur du Cnam en Alsace, Champagne ‐ Ardenne, Lorraine.

"Monsieur le Vice-Président, Mesdames, Messieurs,

Quelques mots pour partager avec vous quelques convictions, voire quelques enthousiasmes, acquis à l’aune de plus de 20 ans - ici en Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis huit ans –, dans un peu plus de la moitié des régions françaises au travers de dispositifs qui se nomment ici Activités Nouvelles et Nouvelles Compétences ou ailleurs Ardan.
D’autant plus que ces convictions peuvent servir de grille d’analyse et de lecture des échanges de cet après-midi.
Un premier « paquet de convictions » que je souhaite évoquer à l’endroit des bénéficiaires du dispositif, les entreprises et les demandeurs d’emploi.
Quand on parle des petites entreprises, et c’est bien notre sujet, ce sont les entreprises qui : sauront entreprendre tout au long de la vie de l’entreprise ; sauront investir prioritairement dans les hommes et plus particulièrement dans le développement de leurs comportements et leurs compétences entrepreneuriales ; sauront structurer leur organisation en faisant naître un encadrement cohérent et qui se mettront en situation d’être gagnante sur le front de la création de valeur et d’emplois. 
Je reviens sur ces trois points.

Savoir entreprendre tout au long de la vie.

Etre en quête permanente d’innovation technologique, commerciale, managériale, c’est l’essence du dispositif dans sa terminologie Activités Nouvelles & Nouvelles Compétences. C’est également la nature de la méthode : « piloter par le projet et par la méthode plutôt que d’être piloté par la routine ou l’empirisme.
C’est enfin l’enjeu de savoir passer de l’entreprise « ça me suffit » à l’entreprise entreprenante ». Bien trop souvent, le savoir-entreprendre se cantonne à la création de l’entreprise. N’y-a-t-il pas plus d’entreprises qui n’entreprennent pas que d’entreprises qui entreprennent ?

Savoir investir dans les hommes, notamment dans l’épanouissement des comportements et des compétences entrepreneuriales.

La création de valeur est certes liée aux investissements en technologie, en technicité, en financement mais le critère classant, voire clivant, dans le domaine de la petite organisation est l’investissement dans les hommes. A côté des savoir-faire liés aux métiers ou l’exécution des tâches de production, de commercialisation ou de gestion, l’enjeu est de construire les comportements et les compétences pour entreprendre.
C’est le rôle du support formatif des missions des demandeurs d’emploi pris en compte dans le dispositif qu’est le Titre Entrepreneur de la petite entreprise (RNCP III) visant à construire les compétences essentielles au pilotage stratégique et opérationnel d’une petite organisation et mis en oeuvre par le Cnam.
Côté demandeur d’emploi, c’est un puissant levier de sécurisation de son parcours professionnel, les taux d’emplois du dispositif en témoignent.
Enfin, et comme clin d’oeil : plus il y a d’entreprenants dans une entreprise, plus l’entreprise est entreprenante.

Savoir initier, développer et faire vivre des structures d’encadrement.

Un mal endémique du tissu entrepreneurial français des petites entreprises est le sous encadrement. Donc savoir s’entourer, savoir déléguer pour sortir la tête du guidon, voilà les enjeux pour un dirigeant d’entreprise.
Le dispositif agit dans ce sens. C’est la différence entre une entreprise pilotée par un homme-orchestre ou par un chef d’orchestre. Seuls les seconds se dotent de moyens de leur développement.
Un second lot de convictions maintenant, à l’adresse de celles et ceux qui font vivre le dispositif : ces Accompagnateurs d’Entrepreneurs.
Deux points que je souhaite soulever.
Ce sont les territoires et leurs institutions, notamment celles en charge du développement économique et de l’emploi, à partir du moment où elles coopèrent en réseau dans des méthodologies et des modalités claires et stables, qui sont en mesure de créer les conditions propices à l’atteinte des enjeux que j’ai exposés dans mes premiers propos, et donc facteurs d’attractivité.
C’est le rôle du réseau des promoteurs locaux du dispositif : il est essentiel. J’ajoute ici le rôle d’animation et de pilotage du dispositif joué là aussi par le Cnam. C’est enfin – j’aurai pu commencer par là car c’est pour moi la conviction essentielle –, le rôle cardinal joué par la collectivité régionale par sa décision de mise en place du dispositif et de son soutien conséquent et constant.
Activités Nouvelles & Nouvelles Compétences est une puissante politique publique au service du développement économique endogène et de l’emploi pour votre région.
Ce qui va vous être exposé, va vous en convaincre, je n’en doute pas.
Je vous remercie.
"

© Cnam Entrepreneur(s)
Marseille, jeudi 7 avril 2011

 

Webmaster - Mentions légales - Dernière mise à jour le 24/08/2016 - Copyright 2016
cnam.fr - Réseau Cnam